Omar Raddad, contre-enquête pour la révision d’un procès manipulé

Un dimanche d’été, à Cannes, la richissime Ghislaine Marchal est assassinée dans la cave de sa villa.

“Omar m’a tuer”. Tracée avec le sang de la victime, l’inscription accusatrice fait du jardinier le coupable idéal . Les enquêteurs l’appréhendent aussitôt.

L’affaire Omar Raddad est-elle une nouvelle affaire Dreyfus? Un dossier bâclé, manipulé, où la conduite des enquêteurs seraient si critiquables que l’on ne devrait plus parler d’ erreur mais d’ horreur judiciaire ?

Après de nombreuses interventions de hautes personnalités, Omar Raddad est libéré le 4 septembre 2008.

Omar Raddad, contre-enquête pour la révision d’un procès manipulé , un livre de Christophe Deloire et Roger-Marc Moreau, éditions Raymond Castells, 1998