L’étrange omerta des médias sur le cas DSK

Tribune parue dans Le Monde du 17 juin 2011

L’affaire de la chambre du Sofitel démontre que les éditoriaux à tous de bras ne permettent pas d’approcher de la vérité, pas plus que les sermons ne prédisent l’avenir. Pour parler de la vie politique, les médias français alignent traditionnellement une cohorte d’éditorialistes, rebaptisés depuis “commentateurs”, là où les Anglo-Saxons, avec tous leurs défauts, préfèrent lancer leurs enquêteurs pour livrer au public le maximum de révélations. Or de la soif de vérité factuelle les démocraties ne se portent jamais mal. Lire la suite